version française



En 1934, en compagnie de trois peintres winterthourois, Wehrlin expose pour la première fois une importante série d'oeuvres au Musée des Beaux- Arts de Winterthur. Wehrlin dessine aussi énormment. Grâce au dessin, il peut créer plus spontanément, plus librement, plus rapidement. De nombreux dessins sont très achevés contrairement à certaines de ses huiles où il concentre souvent toute sa recherche sur une partie de la toile laissant provisoirement, mais parfois définitivement, une grande partie du tableau à l'état d'esquisse. La "Discussion" datant de 1928 a été retravaillée en 1939.



La discussion 1928 retravaillée en 1939
huile sur toile - 100x150


En 1937, Wehrlin devient membre de "La jeune Gravure Contemporaine". En 1965, au musée de Charleville, la" Jeune Gravure Contemporaine"rendra un hommage commun aux 3 artistes-membres récemment disparus: Bissiére, Villon et Wehrlin.
Juste avant la guerre, en 1938, il épouse Germaine DUPUIS , leurs témoins sont le sculpteur Germaine Richier et le peintre Maurice-Georges Poncelet.Le couple s'installe Antony, près de Paris, dans une ancienne folie du XVIIIme siècle passablement délabrée où un étage entier lui sert d'atelier. Il passe la guerre à Antony. Ne pouvant se déplacer facilement en raison des évènements, il travaille autour de chez lui.


Germaine et Robert devant "La Folie" en 1947

"Le Couple" gravure ca.1930

à Cagnes/mer 1930

De ces années datent de nombreux paysages de l'Ile de France. Il travaille beaucoup la gravure, il a une presse dans son atelier. Il découvre la lithographie, lithos qui seront pour la plupart réalisées chez Clot.En 1943, il obtient des Beaux Arts de la ville de Paris une commande pour une série d'affiches de concerts pour lesquelles il réalise, entre autres, les portraits d'Arthur Honegger et de Florent Schmitt. En 1944, il devient sociétaire du Salon d'Automne.


Autoportrait ca.1940
lithographie

Arthur Honegger ca.1942
lithographie

Charles Dullin ca.1943
lithographie

En face de chez lui, "Le Château des Enfants Heureux" est un home d'enfants où il réalise de nombreux portraits (gravures, lithos, dessins,huiles). Nombre de ces lithographies seront utilisées, en 1947, pour l'illustration de la "MATERNELLE" de Léon FRAPIE, prix Goncourt 1904, déjà précédemment illustrée par POULBOT et STEINLEN artiste également d'origine suisse. La même année, il illustre de 5 lithographies un texte des frères Jérôme et Jeau Tharaud, l'année suivante "Un Signe de Tête" de René de Solier.


"Les Enfants Heureux" 1940
huile sur toile - 50x65

l'été à "La Folie" ca. 1945
huile sur isorel - 54 x 73


Il peint aussi de nombreuses toiles représentant l'intérieur de son atelier. C'est, semble -t'il, de la vision déforme de l'espace au travers d'une glace que, petit à petit, WEHRLIN franchit le pas vers l'abstraction, aidé en cela par les mouvements artistiques qui bouleversent cette époque.


L'atelier d'Antony ca.1940
huile sur toile -72x92

Le rendez-vous important 1945
huile sur papier - 51x27

L'atelier "rouge" 1940
huile sur carton - 54x64



4